New York 17:17
Paris 23:17
Djibouti 01:17

Article on Le Figaro

Friday 10 May 2013 | News | Comments: 0

A good article has been published on Le Figaro’s website giving a bad write up for Guelleh, and providing support for the USN. The article details the current political landscape in Djibouti, stressing the lack of freedom and human rights. The journalist praises the USN’s fight for democracy against the inadequate governance of the current regime.

This piece is representative of a greater understanding of the situation in Djibouti by the international media.

Le Président djiboutien , les pieds bardés d’épines en visite à Londres

Deux fauteuils pour un : le Président de la République de « Djibouti et de la Somalie », les pieds bardés d’épines en visite à Londres

Les djiboutiens se posent la question légitime à savoir si finalement Ismaël Omar Guelleh ne serait pas plutôt le « Président » qu’il faudrait pour la Somalie, vu toute « l’énergie » qu’il déploie pour sa « pseudo reconstruction » alors qu’il en est le pompier-pyromane. Ce qui cause problème aujourd’hui, d’un point de vue politique et constitutionnelle, c’est la double casquette de ce dernier qui se comporte en double chef d’état, alors que la République dont il est censé gouverner est transpercée de toutes parts.

Avec un crescendo de corruption depuis 1977, la marginalisation permanente des djiboutiens, le manque de liberté et de démocratie, les arrestations arbitraires, la crise politique profonde, une administration complètement affaissée et des rapports internationaux très accablants qui discréditent le régime djiboutien, c’est avec les deux pieds bardés d’épines et en mauvais VRP, que le Chef du gouvernement s’était rendu dans la capitale londonienne, pour vendre une confiance qui n’ait plus, particulièrement dans un contexte qui n’est propice à rien. Une façon très sarcastique de voir la République et sa propre gouvernance.

L’interview du Ministre des Affaires Etrangères de l’USN, M. Abdourahman Boreh, accordée à la BBC, a balayé d’un revers de ce qui relève d’un délire inquiétant qui idéalise une situation pourtant ô combien préoccupante.

Mais l’opposition de l’extérieur et la Diaspora, fidèles dans leur combat pour le changement, seront toujours sur son chemin pour dire au monde, la vérité sur la triste réalité d’une mal gouvernance et d’une République à la dérive, sans réel capitaine et sans gouvernail qui sombre à grand pas.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *